Archive for les Thérapies

Je suis « stress » mais je me soigne…

un smiley géant pour lutter contre le stress

« J’aurais voulu faire aigle royal, ou goéland majestueusement cool, mais au lieu de ça j’ai fais canari stressé empêtré dans ses soubresauts » . La mécanique du cœur – Mathias  Malzieu

Loin de moi l’idée de prendre de bonnes résolutions pour l’année 2017 (Eh oui je suis en retard, cet article était dans mes brouillons depuis janvier). Nul besoin de changer d’année pour se sentir mieux et apprendre à gérer son stress. Se sentir bien n’est pas lié à une bonne résolution, c’est un travail de longue haleine qui se met en place dans la durée.
Voici des actes du quotidien que j’essaie de mettre en pratique depuis longtemps. Des petits riens qui font toute la différence, même si souvent je suis tellement stressée que cela ne suffit pas à me détendre, mais Bonne Nouvelle je me soigne… (enfin j’essaie 🙂 )
Les causes de stress que je refuse d’alimenter :
– Courir pour prendre mon RER, mon bus, mon métro. Je préfère partir 1/4 d’heure plus tôt et être sereine dans mes déplacements.
– Pousser les autres voyageurs pour rentrer dans les transports en commun. Les wagons sont pleins, j’attends la rame suivante.
– Répondre à un mail désagréable sur un coup de tête. Je respire un grand coup et je tente de prendre du recule (Je sais : c’est plus facile à dire qu’à faire). Avec un peu de chance, je rencontre l’expéditeur du message dans un couloir et nous parlons du problème de vive voix, en général le malentendu s’estompe très vite.
– Dire oui tout le temps, à n’importe qui pour n’importe quoi. J’apprends à refuser de rendre service, à ne pas me surcharger avec un travail qui ne m’apporte rien. Je ne dis pas qu’il faut refuser d’aider son voisin, je suggère seulement de choisir ses priorités.
Ce que je fais pour gérer mon stress:

– Chercher de « bonnes nouvelles » pour le blog, même si elles sont noyées dans les mauvaises nouvelles qui me dépriment.
– Prendre mon chat dans mes bras, il ronronne et m’apaise. (quand j’arrive à l’attraper et qu’il daigne rester sur mes genoux)
– Prendre un bain avec un bon livre (papier), de l’eau chaude et de la mousse, un cappuccino à porté de main.
– Faire le rangement par le vide : trier, donner, jeter, désencombrer et ranger comme si cet ordonnancement (si si ce mot existe) allait apaiser mes conflits intérieurs.
– Accepter le désordre (ce n’est pas contradictoire avec ma phrase précédente), ne pas être obnubilé par le moindre grain de poussière. Une maison doit être vivante, il n’y a rien de plus triste qu’une maison nickel sans aucun objet qui traîne. Et puis une araignée dans sa toile est un signe que la maison est saine 😉
– Essayer de ne pas culpabiliser si je n’ai pas respecté mon super planning que je m’impose pour la journée. Je ne parle pas de procrastination mais juste d’admettre que je ne suis pas un robot et que certaines taches peuvent attendre.
– Une activité rien que pour moi sans personne pour me déranger, quelques heures de solitude dans un monde de brute, une parenthèse avec moi même. Bref ne pas hésiter à me faire plaisir.

Et vous quels sont vos trucs et astuces anti-stress ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

Pourquoi je refuse de prendre de bonnes résolutions pour 2017 ?

Les mauvaises « bonnes résolutions »

Chaque année c’est la même histoire, au douzième coups de minuit, le premier janvier, certaines se sentent investi d’une mission divine qui leur tombe sur les épaules comme de la neige en été : les bonnes résolutions.

Cette situation est absurde. « La » bonne résolution se décide quand on est prêt et motivé et non pas à cause d’un changement d’unité. De plus, nous sommes en hiver, période de grippe et de gastro, moment de l’année où nous resterions bien à roupiller sous la couette avec le chat ronronnant sur les genoux. Alors cette bonne résolution je ni pense même pas, elle est loin mais très loin de mes préoccupations du moment.

Et puis c’est bien connu, même des études statistiques le prouvent, « on » ne tient pas ses bonnes résolutions prisent à l’aube d’une nouvelle année.

Par contre, je vais décider d’être heureuse, de profiter des gens que j’aime, de vivre en adéquation avec moi même. Cette fois il ne s’agit pas d’une bonne résolution mais d’un état d’esprit à vivre toute l’année sans modération.

 

A lire sur ce sujet, un article de décembre 2016 http://www.psychologies.com/   

 

Notre bonne résolution pour cette année? Ne pas en prendre

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

La Slow attitude

Lundi, vous versez du jus d’ananas dans votre café à la place de votre lait,  puis dans la matinée, au boulot, vous faites  tomber votre casque audio dans votre tasse de café. Enfin, le soir après le dîner vous vous coupez avec une miette de pain en nettoyant la table.
Mardi, vous perdez la vis de votre monture de lunette et vous oubliez la clé de votre bureau dans les toilettes.
Mercredi, vous rangez le sel dans le frigo et sucrez un yaourt avec de la farine
Jeudi, vous lisez un roman en anglais, vous essayez désespérément de traduire un terme, vous utilisez plusieurs dictionnaires sans trouver votre traduction avant de vous rendre compte qu’il s’agit du prénom d’un des protagonistes de l’histoire
Vendredi, vous mettez en route le percolateur sans mettre en place votre bol
Toutes ces anecdotes me sont bien arrivées mais pas dans la même semaine…

 

Rien de grave, ce sont des détails, cela nous arrive à tous un jour ou l’autre.
Mais à défaut de prendre des vacances vous devriez peut être adopter La Slow Life Attitude, une autre version du « Carpen diem » du  Cercle des poètes disparus.
Ralentissez votre rythme…
Pensez à ce que vous faites quand vous le faites…
Vivez l’instant présent etc.
Cette idée ne date pas d’hier mais revient en ce moment à la mode, en navigant sur la toile j’ai trouvé différentes approches/explications/exemples de ce mode de vie, en voici une synthèse.
La «slow attitude » favorise les moments de plaisir et les relations affectives. C’est prendre le temps de préparer un bon repas, de faire une balade, de ralentir sa course quotidienne pour ouvrir son regard à ce qui nous entoure,  de consacrer un moment aux choses aussi futiles qu’indispensables, de consommer moins mais mieux.
La Slow Life attitude est une philosophie de vie dite holistique, développant des alternatives intelligentes qui peuvent se révéler bénéfiques pour notre bien-être. En réponse à notre mode de vie trop speed.
 
La slow attitude se décline dans différentes versions :
Le mouvement Slow Food serait né en 1986 en Italie, en réaction à l’ouverture d’un fast food au cœur de la Rome antique. Ces amateurs de bonne chère revendiquent le plaisir de manger et prônent l’éducation du goût. Manger Slow c’est prendre le temps de cuisiner, manger des produits locaux de qualité ou cultivés par soi même…
Les adeptes de la Slow Education : luttent contre l’overdose d’activités scolaires et extrascolaires
Le Slow Design privilégie l’art de vivre et les matériaux écologiques
Le Slow Travel c’est prendre le temps de découvrir une région et de voyager de manière écologique
Le Slow Management s’attaque aux sources du stress, et invite les dirigeants à passer plus de temps avec les salariés pour bâtir avec eux l’avenir de l’entreprise
Le Slow Sex : une manière d’être à l’écoute de son ou sa partenaire et de ses sensations, de prendre le temps de se découvrir ou redécouvrir 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

La bibliotherapie

La bibliothérapie : des livres sur ordonnance adaptés à vos états d’âmes du moment.
« Pendant 45 minutes, à partir d’un questionnaire que le patient a complété au préalable sur ses habitudes de lecture et sa personnalité, le « bibliothérapeute » explore ses états d’âme et ses goûts. Quelques jours plus tard, le patient reçoit une prescription composée de livres à lire »

Pour Marc-Alain Ouaknin, auteur de « Bibliothérapie : Lire, c’est guérir ».
La bibliothérapie est un travail entre en lecteur et un therapeute autour d’un livre, des mots, du et des sens.

Cet article a été transféré sur :
http://www.mediaphotos.net

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

Lutter contre la grisaille de l’automne avec la mode « ARTY »

La pluie est de retour, cette fois l’automne est bien là. Alors pour garder le moral pourquoi ne pas utiliser « le style ARTY ».
Sous ce nom barbare, se cache une tendance que nous connaissons tous et que nous utilisons sans le savoir : mettre de la couleur dans notre intérieur. Cela commence par un coussin un peu flashy, puis un mur coloré et au final c’est tout l’appartement ou la maison qui se transforme.Vous connaissez tous cette composition ou son équivalent, elle fait partie du « style Arty ».

De même que les reproductions d’Andy Warhol ou la transformation de vos photos selon ce principe.

Andy warhol - portrait d'artiste - Divers

« Mais le style Arty, c’est aussi l’art du recyclage et de la métamorphose, du décalage et du contraste. On peut l’adopter dans toutes les pièces de la maison. A la cuisine avec des ustensiles colorés. Au salon avec des mises en scène graphiques? » 

Chez Ikea vous trouverez par exemple des housses de couettes :

RENATE BLOM Housse de couette et taie, multicolore Longueur housse couette: 200 cm Largeur housse couette: 150 cm Long. taie oreiller: 65 cm Larg. taie oreiller: 65 cm

Chez Fly vous pourrez décorer votre table avec des assiettes en forme de bouton, ou installer dans votre salon un meuble de rangement aux formes géométriques :

A vous de voir ce qui vous convient…

Source :  « Vie pratique maison » N°3 Sept/Oct/Nov 2011 pp:13-19

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button